23 mars 2017

6 avril : Bourse aux vêtements à l'école Saint-Bénilde de Clermont-Ferrand

Capture d’écran 2017-03-22 à 19.31.24

Michel Janva

Posté le 23 mars 2017 à 14h30 | Lien permanent

Pèlerinage pour la France, le chanoine Denis répond à nos questions

Pourquoi organiser un tel pèlerinage ?

Fullsizeoutput_5Comme vous pouvez le constater, à l’occasion des échéances électorales un certain nombre d’initiatives sont prises dans les diocèses et des prêtres de tout horizon organisent des conférences, des veillées de prières ou encore des neuvaines pour la France. Avec mes confrères du Sud de la France, en cette période pleine d’incertitudes, il nous apparaissait important de ne pas rester les bras croisés : en proposant ce pèlerinage pour la France, nous ne cherchons pas autre chose qu’à relier le temps d’une journée l’Eglise militante avec l’Eglise triomphante. Le 29 avril prochain, pour les fidèles du rang il s’agira de marcher en compagnie des saints de France pour la France.

Quel est le sens de cette démarche ? 

Avant toute chose : remplir un devoir de cohérence ! Dans notre existence, il ne peut y avoir deux vies parallèles : la vie qu’on nomme spirituelle et l’autre, la vie dite séculière. En tenant compte de ses racines chrétiennes, la fille aînée de l’Eglise est en mesure de donner une orientation sûre à ses citoyens, de renforcer cette conscience d’appartenir à une civilisation commune. La question n’est pas tant de « vivre ensemble » que de « prendre plaisir à vivre ensemble ». C’est ce qu’on appelle vivre en chrétienté. La civilisation chrétienne est bien plus je crois qu’un consensus mou, elle est civilisatrice dans la mesure où s’appuyant sur les principes de l’évangile elle dessine les espaces de paix et de sociabilité pour reprendre l’expression plaisante du professeur Pierre Chaunu. A nous de donner corps à tout cela. Parce que nous sommes baptisés, parce que nous ne venons pas de nulle part, parce que nos terres sont charnelles et que nous avons tant reçu d’elles, il nous appartient de maintenir greffé le sarment sur la vigne qui est le Christ ! Un tel pèlerinage, nous avons l’audace de le penser, peut y contribuer.

Pourquoi à la grotte de la Sainte-Baume ? 

Parce que l’endroit est incroyablement sauvage et saisissant. Le Père Lacordaire, restaurateur de la présence religieuse à la grotte, rappelait avec son verbe de feu que les lieux saints sont au monde ce que les astres sont au firmament : une source de lumière, de chaleur et de vie. Cela s’applique en tout point à notre lieu de pèlerinage. Lorsque l’on gravit les marches qui mènent jusqu’à la grotte, elle-même encastrée dans la barre rocheuse du massif de la Sainte-Baume, on a vraiment l’impression d’être enveloppé par des siècles de prières. Rendez-vous compte que Sainte Marie-Madeleine y a vécu selon la Tradition les trente dernières années de sa vie, dans un quotidien fait de louanges et de pénitences ! Du reste, la grotte de la Sainte-Baume participe de ce que sont les villes du Sud de la France, du Languedoc à la Provence : des postes frontières à l’identité marquée et au patrimoine séculaire. Depuis le parvis de la chapelle de la grotte, la vue est tout simplement splendide. Le sanctuaire de la Sainte-Baume vaut autant un pèlerinage qu’il vaut le détour. De là-haut, tel un gabier dans sa hune, comment ne pas se sentir sentinelle de l’évangile ou veilleur d’espérance !

Comment cette journée du 29 avril va-t-elle se dérouler ?

IMG_5727Tout d’abord, il ne vous aura pas échappé que le 29 avril coïncide avec le samedi de l’entre-deux tours de l’élection présidentielle. Plus que jamais l’heure sera au service de la promotion intégrale de la personne humaine et du bien commun comme nous le demande la note doctrinale sur l’engagement et le comportement des catholiques dans la vie politique. Aussi durant notre marche, nos affiches ce seront nos bannières, nos slogans seront des cantiques et nos promesses seront nos prières. Les pèlerins se retrouveront à 10h à Nans-les-Pins sur la place « le Ferrage » pour un premier tronçon de deux heures de marche. Nous profiterons du parc et de l’hostellerie de la Sainte-Baume pour la halte déjeuner avant de repartir pour une ultime heure de marche jusqu’à la grotte. Des prêtres et des religieuses accompagneront la colonne. A 15h Monseigneur Wach célébrera la messe solennelle de clôture. C’est une journée de grâce qui s’annonce et j’invite tous ceux qui ont une certaine idée de la France et qui ne veulent pas qu’elle meurt à venir nous rejoindre !

Cars au départ de Béziers, Montpellier et Nîmes

Possibilité de covoiturage depuis Nice et Cannes

Renseignements et inscriptions : saintebaume2017@icrsp.org

Michel Janva

Posté le 23 mars 2017 à 14h20 | Lien permanent

29 avril : pèlerinage pour la France à la Sainte Baume

Capture d’écran 2017-03-21 à 20.09.37

Michel Janva

Posté le 23 mars 2017 à 14h10 | Lien permanent

Nantes : l'école Sainte Catherine cherche un comptable

Présentation de l’établissement :

Poste :

Missions principales

Mission annexe

Rattachement du poste : Sous l’autorité de la Sœur responsable de l’économat en lien étroit avec la direction

Compétences et qualités requises :

econome.ste-catherine@dominicaines.fr ; (tel : 02 40 20 32 13 ou 06 45 74 41 81)

Michel Janva

Posté le 23 mars 2017 à 13h37 | Lien permanent

Mercredi 29 mars 2017, Café-Histoire de Toulon : La catastrophe écologique vue par les alter-cathos

Communiqué du Café-Histoire de Toulon :

1) Vous trouverez ici le texte de la causerie du mois de février 2017, du professeur professeur agrégé d'Histoire-géographie Philippe Franceschetti, sur : Les catholiques durant la IIe guerre mondiale. Sa conférence d'origine (1h40) peut être écoutée sur la médiathèque du diocèse de GAP (cliquer ici) .

2) Le Café Histoire de Toulon vous rappelle la prochaine causerie du mercredi 29 mars 2017 devant les Amis du Pub Le Graal.  Cette causerie, de Luc Richard, portera sur le thème : La catastrophe écologique vue par les alter-cathos. Pour illustrer la tendance actuelle de passage du global au local, elle sera suivie d'un témoignage sur L'AMAP (Association pour le Maintien d'une Agriculture Paysanne) Le potager de Gaïa. Ce projet de maraîchage biologique, s’inscrit dans une éthique d’agriculture paysanne à échelle humaine et redonne vie à un terroir agricole d'Evenos où les cultures en restanques s’épanouissent avec une vue grandiose donnant sur les gorges d’Ollioules et à l’horizon la mer... Lors des questions-réponses, on pourra se procurer auprès de nos amis de La Librairie de l'Enfant Jésus, l'ouvrage dirigé par Luc Richard La catastrophe écologique, fruit pourri du capitalisme ainsi que l'encyclique Laudato Si et le dernier numéro de la revue LIMITE. Pour nous préparer à cette causerie vous trouvez, grâce au Salon Beige, (cliquer ici) une synthèse de l'Encyclique Laudato Si (adaptation d'articles publiés par Alain Vignal).

Richard 2 bis

Mercredi 29 mars 2017 à 20 h
Le Graal, Pub associatif des Missionnaires de la Miséricorde 
377 avenue de la République, 83000 Toulon - Entrée gratuite

Marie Bethanie

Posté le 23 mars 2017 à 13h23 | Lien permanent

Vendredi 24 mars, adoration eucharistique de l'Alliance Saint Jean-Marie Vianney

Communiqué de l'Alliance Saint Jean-Marie Vianney :

L'Alliance Saint Jean-Marie Vianney propose une adoration eucharistique pour consoler le Cœur Sacerdotal de Jésus des outrages eucharistiques et des fautes sacerdotales.
A saint Joseph de Pont-du-Las entrée sur la gauche, de 20h à 22h vendredi 24 mars.
Les Adorations sont dirigées par l'abbé Lambilliotte, aumônier nommé par monseigneur Rey.
 
D'autre part, une récollection, ouverte à tous, est proposée également, le vendredi 7 avril  de 9h à 16h, toujours au Pont-du-Las. 
2 conférences, messes, confessions, chemin de croix, adorations.
Inscription au 06.59.64.68.47
 
L'Alliance St Jean-Marie Vianney est constituée de deux branches, les membres priants et les membres jeûneurs.

1/ Une prière quotidienne d’engagement unissant les différents membres.

Cette prière est le seul engagement obligatoire à tous.

2/ Membres jeûneurs, pas plus d’une fois dans la semaine.

 Le jeûne est plus puissant que les discours.

  • Jeûne de l’Eglise
  • Jeûne au pain et à l’eau
  • Récitation de la prière de l’Alliance tous les jours 

3/ Les membres priants

  • Récitation de la prière de l’Alliance tous les jours (voir ci-dessous).Leurs prières ne sont pas exclusivement réservées pour le sacerdoce.
  • Offrande d’une journée de leur semaine pour les intentions de l’Alliance et tout spécialement pour demander de saintes et nombreuses vocations.
  • Les autres jours, ils peuvent continuer à faire de petits sacrifices. 
Prière de l'Alliance

Mon Dieu,

Avec saint Jean-Marie Vianney, je vous prie pour tous vos prêtres.

Je vous demande pour eux la sainteté.

Je vous demande qu'ils aiment profondément leur sacrifice et qu'ils le vivent avec amour.

Je vous demande pour eux l'obéissance, l'esprit de détachement, une inaltérable et limpide chasteté, ainsi que l'abnégation, l'humilité, la douceur, le zèle, le dévouement.

Je vous demande qu'aucune âme ne les approche sans vous aimer d'avantage.

Je vous demande, mon Dieu, de semer par eux dans le monde, des grâces mariales, qui révèlent à quel point Marie est notre Mère.

Et pour qu'il en soit ainsi, pour que votre règne s'étende et s'affermisse par eux sur la terre, Je vous promets, O Jésus, de m’immoler avec Vous, de tout mon cœur.

 Ainsi soit-il.

Marie Bethanie

Posté le 23 mars 2017 à 13h07 | Lien permanent

26 mars : dédicaces à Sainte-Odile (Paris 17e)

Capture d’écran 2017-03-23 à 08.23.05

Michel Janva

Posté le 23 mars 2017 à 12h22 | Lien permanent

3 avril : conférence à Toulon avec le Père Augustin-Marie Aubry et Anne-Lise Blanchard

TOULON - 3 avril 2017 - Pere AUBRY - AL BLANCHARD

Michel Janva

Posté le 23 mars 2017 à 11h55 | Lien permanent

25 mars : portes ouvertes école de l'Enfant Jésus à Blois

Affiche portes ouvertes 2017

Michel Janva

Posté le 23 mars 2017 à 11h47 | Lien permanent

26 mars : concert de Carême à Caen

Capture d’écran 2017-03-20 à 21.34.49

Michel Janva

Posté le 23 mars 2017 à 11h34 | Lien permanent

Le Cours Bienheureux Charles d’Autriche à Angers recrute

Pour l’ouverture de sa classe de 4e, le Cours Bienheureux Charles d’Autriche, collège hors-contrat à Angers, recrute pour la rentrée de septembre 2017 :

Pour faire acte de candidature, merci d’envoyer un CV avec lettre de motivation à Mme. Redig, directrice du collège : cours-bca@orange.fr

www.cours-bca.fr

Michel Janva

Posté le 23 mars 2017 à 11h22 | Lien permanent

Soutenez l'école St Joseph des Lys

Soutenir l'école St Joseph des Lys.

Michel Janva

Posté le 23 mars 2017 à 10h14 | Lien permanent

Jacques Hogard viendra parler au colloque international « l’Occident contre l’Europe »

Jacques Hogard est Colonel (ER), ex officier parachutiste de la Légion Etrangère et des forces spéciales. Il a commandé au Kosovo en 1999 le groupement interarmées des forces spéciales françaises agissant sous commandement de l’OTAN. Il dirige aujourd’hui un groupe de sociétés de conseil à l’international. Officier de la Légion d’honneur, croix de guerre et croix de la valeur militaire, il est titulaire de l’ordre de Saint Sava et de l’ordre de Milos Obilic. Il interviendra au colloque sur le thème « L'OTAN, une organisation obsolète et dangereuse » et nous explique la raison de sa présence :

0"Dans ma jeunesse, l’Occident était une référence, un repère, porteur d’espérance, formidable synonyme de liberté, de valeurs spirituelles et morales.

Il s’opposait alors à un totalitarisme qui n’avait rien à envier à son prédécesseur, un totalitarisme ainsi stigmatisé par un grand défenseur de l’Occident, le maréchal de Lattre de Tassigny : « le communisme, cette forme moderne des grandes invasions barbares » !

Or, en moins d’une génération ou deux, l’Occident, du moins celui que nous aimions, celui qui avait du sens s’est effondré, miné de l’intérieur par le consumérisme, l’ hédonisme, le narcissisme, le matérialisme, les atteintes au respect de la vie sous toutes ses formes, la déchristianisation, tandis qu’à l’Est de l’Europe au contraire, les peuples jusque là soumis au joug communiste, s’en libéraient hardiment et retrouvaient les racines de leur identité et de leur Foi chrétienne, créant ainsi les conditions d’une formidable Espérance.

En cette époque de grands bouleversements, il est essentiel de prendre le temps de réfléchir, d’identifier les dangers, de nommer l’ennemi, qui est d’ailleurs souvent d’abord en nous-même. Il est essentiel de comprendre et d’anticiper les évolutions lourdes qui tracent notre destin et surtout celui de nos enfants et petits-enfants.

Il n’y a jamais aucune action possible sans une très bonne information et formation préalables.

Voilà pourquoi je me réjouis beaucoup personnellement de tirer profit de ce que nous dirons les orateurs de cette journée. Voilà pourquoi j’ai moi-même accepté d’y intervenir pour apporter une pierre si modeste soit-elle à la réflexion qui doit conduire à l’indispensable reconstruction de notre grande Europe des nations chrétiennes, souveraines et solidaires."

Inscription au colloque

Michel Janva

Posté le 23 mars 2017 à 09h32 | Lien permanent

31 mars : conférence de Reynald Secher à Nancy

Capture d’écran 2017-03-19 à 19.32.07

Michel Janva

Posté le 23 mars 2017 à 09h32 | Lien permanent

Prière dans la rue à Clichy

La police a fait évacuer mercredi une mosquée à Clichy-la-Garenne (Hauts-de-Seine), au terme d'un long bras de fer entre la mairie LR qui veut en faire une médiathèque et l'association musulmane qui refusait de quitter les lieux malgré une décision d'expulsion. Vers 08H30, les serrures des entrées de cette salle polyvalente ont été soudées sous contrôle d'un huissier alors que le bâtiment était vide. Mais une cinquantaine de fidèles ont réussi à entrer et ont débuté un sit-in à l'intérieur, avant d'en être délogés par les forces de l'ordre. 

Durant l'intervention, trois policiers ont été légèrement blessés et un manifestant a été interpellé pour violence sur personne dépositaire de l'autorité publique.

Le local avait été aménagé pour servir de mosquée sous la précédente municipalité PS et avait été loué sous un "bail précaire" à l'Union des associations musulmanes de Clichy (UAMC), qui comptait le racheter. A l'échéance du bail, le nouveau maire (LR) Rémi Muzeau a décidé de transformer le lieu en médiathèque, tout en inaugurant en mai un nouveau lieu de prière dans sa ville. Mais l'UAMC trouve cette mosquée des Trois Pavillons trop excentrée et trop exiguë pour pouvoir recevoir les fidèls dignement. Fin novembre 2016, plusieurs centaines de personnes avaient manifesté devant la mairie contre la fermeture de la mosquée de la rue d'Estienne-d'Orves.

Une manifestation spontanée a ensuite démarré devant la mairie, rassemblant quelque 200 personnes, laquelle s'est terminée par une prière de rue :

58d2db82c36188ec6f8b471b

 

Michel Janva

Posté le 23 mars 2017 à 08h39 | Lien permanent

Propositions de réformes concernant le statut des attachés parlementaires

Gonzague de Chantérac, Attaché parlementaire, Représentant CFTC à l'Assemblée nationale, répond à Boulevard Voltaire sur les affaires en cours :

Michel Janva

Posté le 23 mars 2017 à 08h33 | Lien permanent

Le problème n'est pas la laïcité, mais l'allahicité

Suite au tweet d'Audrey Pulvar, Gabrielle Cluzel réagit :

"On est fatigué. Lassé. On n’a même plus envie de s’énerver, de ricaner en imaginant Jean-Vianney, se radicalisant sur le site Magnificat, partant faire le djihad à Lourdes, revenant lourdement armé d’un chapelet bleu layette, d’un bob « I love Jesus » et d’une Vierge en plastique pleine d’eau dont la couronne se dévisse. Mais on garde du « Grand Débat » d’hier, qui a généré ce tweet, un goût amer.

Car, d’une certaine façon, Audrey Pulvar a raison : si la question est la laïcité, qui concerne toutes les religions, pourquoi se borner à n’évoquer que l’une d’entre elles ? Parce que la question, précisément, n’est pas la laïcité. Le seul sujet est l’islam. Il n’en est point d’autre. Je le sais, vous le savez, ils le savent. On peut le regretter, le déplorer, s’en désoler pour les sympathiques musulmans que l’on connaît, mais on ne peut pas le nier. Tout le reste n’est que fioritures diplomatiques et précautions oratoires.

Se forcer à convoquer les autres religions – surtout le catholicisme, bien sûr, qui est bonne pâte et se laisse obligeamment culpabiliser -, laisser entendre que l’Église, avant 1905, a rechigné à accepter la laïcité, et qu’allons, il ne faut pas se biler, le poulain sauvage islam finira bien par rentrer dans le rang une fois qu’on l’aura débourré, comme le désormais docile cheval de trait catholicité que l’on tient licou serré… est un mensonge historique et politique. Affirmer que, puisque l’on a passé la camisole de force à Castor, on finira bien, bon gré mal gré, par l’enfiler sur Pollux – toutes ces croyances étant peu ou prou sœurs jumelles -, est une facilité qui permet de glisser sur le sujet sans s’attirer trop d’inimitiés. C’est surtout une hypothèse de travail erronée qui ne pourra nécessairement déboucher que sur une solution inopérante.

François Fillon, hier, hélas, a cédé à cette facilité : « L’Église a mis plusieurs siècles à se conformer aux lois de la République. » Marine Le Pen, elle, a résisté, refusant de se laisser entraîner, à propos du Concordat, sur le terrain renvoyant dos à dos islam et chrétienté. Dommage qu’elle ait dégainé à tout va ce mot de laïcité, qui n’a que pour hypocrite fonction de noyer la réalité. On pourrait inverser le tweet d’Audrey Pulvar : « Pourquoi à propos d’islam ne répond-on que laïcité ? » Parce que personne n’a le courage de circonscrire le vrai sujet."

Michel Janva

Posté le 23 mars 2017 à 08h32 | Lien permanent

Terrorisme musulman : l’irresponsabilité politique de Macron

Dans le numéro 41 de sa revue de propagande Al Masra, Al-Qaïda dans la péninsule arabique évoque la prise de position d’Emmanuel Macron sur la colonisation“crime contre l’humanité”. Christophe Billan, le président de Sens commun, réagit dans Valeurs Actuelles :

Capture d’écran Macron - Al-Qaïda"Cet organe de propagande se contente de rapporter les faits évoquant le profil et les propos d’Emmanuel Macron ainsi que ceux de François Fillon du reste. Toutefois, cette évocation met en lumière deux points fondamentaux : l’irresponsabilité politique de Macron et ses véritables motivations. Irresponsabilité car l’outrance de ses propos entretient des fantasmes qui contribuent d’une part à fragiliser l’unité du pays d’autre part à mettre en danger nos ressortissants et nos intérêts. Irresponsabilité également car les perpétuelles contorsions démagogiques du leader « d’en marche » atteignent aujourd’hui un paroxysme en alimentant une propagande terroriste qui menace la France mais aussi la stabilité des pays arabes. Irresponsabilité enfin parce que l’histoire est une discipline sérieuse. La colonisation est un processus complexe qui recouvre des réalités non homogènes.

Mettre sur un même plan l’action du Maréchal Lyautey au Maroc et les crimes de la shoah est immoral. Faire référence à un projet génocidaire sans considérer l’évolution démographique des pays du Maghreb durant cette période est indécent. Cette absurdité révoltante transparait aujourd’hui dans un organe de propagande terroriste qui pointe du reste la véritable motivation d’Emmanuel Macron : la présence en France d’une communauté d’origine algérienne estimée à plus d’un million d’individus.

Ce clientélisme électoral fondé sur des caricatures est simplement abject. Sa démagogie devient propagande et j’observe qu’elle alimente celle des terroristes qui menacent notre pays. Macron c’est un peu le portrait de Dorian Gray : au-delà des apparences, on perçoit peu à peu son vrai visage et il est inquiétant. [...]

Lors de son discours à Berlin, Emmanuel Macron a félicité Mme Merkel pour son courage. Il estimait en effet que l’accueil d’un million de migrants était une véritable « aubaine économique ». Ce déni de réalité au profit de considérations économiques étroites, parfaitement résumées par Christophe Guilluy, pose un vrai problème pour l’avenir. On voit apparaitre progressivement le libéralisme hors sol de Macron qui repose sur l’émergence d’un marché global toujours plus dérégulé. Cette vision considère les Etats, les peuples et la politique comme des vestiges encombrants. [...]

[S]a tribune dans le Figaro met en lumières les contours d’une société qui fait froid dans le dos. Il y assume désormais la notion de « multiculturalisme » et très vite il revendiquera celle de « communautarisme ». Une fois encore Macron s’inscrit dans une logique de séduction destinée à abuser les Français. Il faut être très clair avec les termes employés. Le multiculturalisme dont il se réclame ce n’est pas l’unité dans la diversité mais l’agrégation de communautés repliées sur leurs avantages et leur identité dans un espace donné. Ce processus est en total contradiction avec les notions de Peuples et de Nation. La nation parvient, au terme d’un processus historique de plusieurs siècles, à fédérer des singularités autour de principes assumés et d’une vision commune. Le multiculturalisme qu’Emmanuel Macron appelle de ses vœux est une déconstruction de notre héritage et un véritable danger pour l’avenir puisque l’unité dans la diversité devient impossible.

Le repli d’une communauté sur ses avantages la conduit inexorablement à considérer les autres groupes comme un concurrent voire comme un adversaire. L’Etat s’épuise alors à réguler des intérêts toujours plus contradictoires. Voilà à la fois la réalité et l’impasse du multiculturalisme vanté par certains. J’observe d’ailleurs que Thierry Tuot, le conseiller d’Etat à l’origine du rapport sur une nouvelle intégration, qui assume pleinement les contours d’une société bâtie sur le communautarisme, évolue dans le premier cercle d’Emmanuel Macron. En 2012, Terra Nova conseillait à la gauche de remplacer son socle électoral populaire par le vote communautaire. Son directeur est également un proche d’Emmanuel Macron. Nous sommes loin de la rupture annoncée mais bien dans une continuité délétère avec le quinquennat en cours. [...]"

Michel Janva

Posté le 23 mars 2017 à 08h21 | Lien permanent

Soirée-débat organisée par le SIEL le samedi 8 avril en Saône et Loire

IMG_o4x1ct

FB_IMG_1489961321313

Michel Janva

Posté le 23 mars 2017 à 08h15 | Lien permanent

Cour suprême : le juge Neil Gorsuch sera-t-il réellement pro-vie ?

Le juge conservateur Neil Gorsuch est actuellement auditionné par le Sénat et devrait l’être jusqu’à la fin de la semaine, afin que soit confirmée sa nomination à la Cour suprême, opérée par Donald Trump à la fin janvier. Réinformation.tv analyse :

Unknown-19"On a célébré en ce choix du juge fédéral du Colorado, un geste pro-vie – ce qui est globalement une réalité. L’homme est protestant, épiscopalien. Du moins, c’est ce que les media rapportent, car Gorsuch a été élevé, en réalité, dans une foi toute catholique. Un abandon, une évolution ? Au profit de quelles libertés ? De quelles relativités ? C’est de cela dont il faut se soucier.

Un protestant épiscopalien

Plus tôt, ce mois-ci, l’administration Trump avait convoqué deux douzaines de chefs religieux à une réunion privée ayant pour mission de rassembler les soutiens de Neil Gorsuch, candidat à la Cour suprême – ce dernier est un fervent défenseur du 1er amendement de la Constitution, à savoir que l’Etat devrait rarement, ou jamais, contraindre la conscience des croyants. La conversation tourna sur l’origine religieuse de Gorsuch. Il se trouve avéré que le juge a été élevé dans la foi catholique mais fréquente aujourd’hui, avec sa femme et ses enfants, l’église épiscopalienne Saint-John’s à Boulder, dans le Colorado. Une congrégation qui, comme la ville, est politiquement libérale : installe des panneaux solaires, condamne la dure rhétorique contre les musulmans, accueille gais et lesbiennes… Son révérend, une femme, Susan Springer, a assisté à la Marche des Femmes, organisée contre Trump à Denver, le 21 janvier dernier. Phrase d’accueil du site web de la paroisse : « We are an inclusive, Christ-centered community »… Tout est dit.

« Neil Gorsuch est-il un secrètement un libéral ? »

Et ça en embête certains : un éditorial dans The Hill, un journal de Washington, a même titré : « Gorsuch est-il secrètement un libéral ? » Ne faudrait-il pas s’en inquiéter, autant que du Révérend Jeremiah Wright, l’ancien pasteur de Barack Obama ?! Les responsables de l’administration ont encouragé les chefs religieux à mettre de côté ces inquiétudes : Gorsuch doit être jugé sur ses seules opinions judiciaires. Il est vrai qu’elles sont assez louables chez ce républicain de longue date, membre de la « Federalist Society », une importante organisation juridique conservatrice. Il se dit pro-vie, contre l’euthanasie, pour la peine de mort…

Mais comme le faisait remarquer CNN, il n’a jamais conduit de dossier judiciaire sur l’avortement. Il a remarquablement défendu les droits religieux des corporations chrétiennes, en butte au « mandat contraceptif » de l’Obamacare, comme dans l’affaire Hobby Lobby c. Sebelius… Mais il aussi défendu un détenu musulman qui réclamait des aliments hallal ou un prisonnier amérindien dont les gardiens défendaient l’accès à une hutte à sudation – un rituel de la spiritualité amérindienne. « Il pense profondément à la morale, mais il dit que les juges n’ont pas le droit d’imposer leurs opinions aux autres ».

Un défenseur d’une certaine loi naturelle… jusqu’aux limites de la Constitution ?

Oui, il y a dans les gens qu’il a fréquentés, dans les livres qu’il a pu écrire, une réelle promotion de la loi naturelle. On retiendra les louanges qu’il a pu faire de son professeur d’Oxford, John Finnis, ancien membre de la prestigieuse Commission théologique internationale du Vatican et défenseur d’une loi naturelle, arc-bouté contre l’avortement et le mariage homosexuel. Ou son propre livre, écrit en 2006, sur « L’avenir du suicide assisté et l’euthanasie »… « C’est un homme qui a une très haute considération pour la sainteté et la dignité de la vie humaine », avait déclaré le vice-président pour les relations extérieures de l’organisation chrétienne « Focus on the Family ».

Mais sera-t-il, pour autant, réellement pro-vie ? L’avocat Leonard Leo qui conseilla le président sur les nominés à la Cour suprême, a déclaré que la question n’a jamais été explicitement soulevée au cours de leurs discussions. Gorsuch lui-même a mis en garde, en 2006, lors de sa nomination à la Cour d’appel pour le dixième circuit : « Mes vues personnelles, comme j’espère que je l’ai bien fait comprendre, n’ont rien à voir, en tout état de cause, avec l’affaire qui nous occupe. Les plaideurs méritent mieux que cela, la loi exige plus que cela ». Le travail des juge est « d’interpréter la loi, de rendre les décisions basées sur ce que dit le texte, et non sur ce qu’ils croient » avait-il encore dit – une vision « originaliste » de la Constitution, qui ne défend malheureusement pas tout de ce que peut et doit défendre un Chrétien.

Épiscopal ou catholique ?

On ne saura donc trop que penser, in fine. De même, la religion de Gorsuch est un peu « une zone grise », continue l’article de CNN : « s’il était confirmé par le Sénat, Gorsuch serait-il le seul juge protestant de la Cour suprême ou son sixième catholique ? » Ses amis proches et sa famille n’ont pas tous la même réponse… Neil Gorsuch eut, grâce à sa mère irlandaise, une éducation réellement catholique, comme en peut témoigner sa propre tante. Mais il se rapprocha, à la mort de ses parents, de son oncle, le révérend John Gorsuch, prêtre épiscopalien, à la ligne plutôt démocrate – qu’il qualifia d’ailleurs, lundi, de « héros ». Point intéressant : sur le formulaire d’adhésion à la paroisse épiscopalienne, « Holy Conforter », en Virginie, qu’il fréquenta avec sa femme entre 2001 et 2006, il indiqua qu’il était catholique. Et beaucoup de ses proches pensent aujourd’hui ainsi. Même le révérend Susan Springer est incapable de dire si Gorsuch se considère vraiment comme épiscopalien…

« Un homme de pensée large » qui doit rétrécir les espérances ?

Alors, a-t-il épousé les relativismes et les libertés de la progressiste Église épiscopale américaine ? Susan Springer, dans une récente homélie, l’a qualifié « homme de pensée large » – ce qui n’est pas une excellente indication. Le 14 janvier 2016, l’Église épiscopale des États-Unis a été suspendue de la Communion anglicane pour trois ans, parce qu’elle a décidé unilatéralement d’accepter le mariage homosexuel au sein de sa confession. On se rapproche de plus en plus d’une religiosité humanitaire des Droits de l’Homme, qui s’accommode fort bien de la mentalité moderne. Faut-il attendre de ce futur juge à la SCOTUS, autant que ce que certains prétendent ? Un peu, c’est certain. Autant, sûrement pas."

Michel Janva

Posté le 23 mars 2017 à 08h13 | Lien permanent

207 bébés à naître sauvés de l'avortement

La campagne de Carême des 40 Days for Life signale que 207 enfants à naître ont été sauvés de l’avortement au 22ème jour de la campagne (mercredi 22 mars) !

Michel Janva

Posté le 23 mars 2017 à 07h25 | Lien permanent

Eugénisme social et sexuel

Le gouvernement d'Evo Morales en Bolivie veut légaliser l’avortement « au cours des huit premières semaines de la grossesse et pour une seule fois » lorsque la femme se trouve

« à la rue ou dans une situation de pauvreté extrême, ou qu’elle n’a pas de ressources suffisantes pour son propre entretien ou celui de sa famille, ou qu’elle est mère de trois enfants ou plus et n’a pas suffisamment de ressources pour leur entretien, ou si elle est étudiante ».

Le projet relève clairement de l’eugénisme social : en imaginant l’avortement pour cause de pauvreté, Morales signe une véritable démission par rapport à une détresse à laquelle il faudrait venir en aide plutôt que d’enfoncer ses victimes dans une détresse encore plus extrême en les poussant à tuer leurs propres enfants.

Une « experte » du comité d’éthique de l’association des médecins du Royaume-Uni, la British Medical Association (BMA), estime qu'avorter une fille parce que c'est une fille est une pratique acceptable. Cet argument ahurissant est au fond le même que celui mis en avant pour tenter de justifier tout avortement :  des femmes enceintes qui ne veulent pas d’un enfant, pour X raison, y compris donc le sexe, peuvent avorter pour éviter de causer des dommages au bébé ou à la santé mentale de la mère...

Michel Janva

Posté le 23 mars 2017 à 07h12 | Lien permanent

22 mars 2017

Aux ordres de l'OTAN va-t-en-guerre, l'armée française se déploie en Estonie. Face à la Russie.

Les services de renseignements ont-ils enfin trouvé par où s'infiltrent les ennemis de la France, ceux qui attaquent les Français sur leur sol par d'odieux attentats? Non, ce serait trop beau. La France a décidé d'envoyer ses derniers soldats disponibles faire peur à la Russie : 300 soldats face à la moderne armée russe forte de 770 000 soldats.

1019187883Le ridicule ne tue pas les donneurs d'ordres, mais dans ce cas précis, il pourrait tuer les victimes innocentes d'éventuels attentats là où manqueront réellement ces 300 soldats face à la seule menace réelle, le terrorisme islamique.

"Un bataillon de l’Alliance composé de contingents et d’armes lourdes britanniques et français est en train d'être déployé en Estonie. Plusieurs chars et véhicules ainsi que 1 100 militaires vont ainsi investir le pays balte.

Des armes lourdes britanniques, dont des chars Challenger, des véhicules blindés Warrior et des drones de renseignement débarquent en Estonie ce 22 mars, a fait savoir l’Etat-major de l’Estonie. La France déploiera quant à elle des chars Leclerc, des véhicules de combat d’infanterie VBCI et d'autres véhicules blindés. La date du déploiement des capacités militaires françaises n’est pas connue.

Les premiers détachements français et britanniques du bataillon de l’OTAN sont déjà arrivés en Estonie. Le 20 mars, 50 militaires français ont débarqué. Trois jours plus tôt, c'était le cas de 130 militaires britanniques. Le bataillon de l’OTAN prendra position près de la ville de Tapa, dans le nord-est de l’Estonie, à une centaine de kilomètres de la frontière russe et devrait être opérationnel vers la mi-avril. D'ici là, près de 800 militaires britanniques et 300 militaires français devraient être déployés dans ce pays balte. Il est prévu que le contingent français y reste stationné pendant huit mois, avant d'être remplacé par des militaires danois".

Mais ça n'amuse aucun Français de voir son pays autant manipulé et ridiculisé parce que dirigé par des faibles aux cerveaux vides et aux bras mous.

Lahire

Posté le 22 mars 2017 à 22h10 | Lien permanent | Commentaires (0)

Trois remarques sur l'attaque de Londres

1005929-041516-01-06jpgPar Thomas Flichy de La Neuville :

1 – Une attaque symbolique : Westminster Bridge, dont les plans ont été tracés par un ingénieur protestant d’origine française, Charles de Labelye, est un promontoire conçu pour admirer le calme et la majesté de Londres. William Wordsworth écrit dans Upon Westminster bridge en 1802 : seule une âme terne pourrait ne pas s’émouvoir à cette vue pleine de majesté. Evoquant son trajet sur le pont, il écrit : jamais je n’ai senti un calme aussi profond. 

2 - Le terrorisme s’en prend historiquement aux assemblées parlementaires : ainsi, le terrorisme révolutionnaire menace puis détruit les Etats-Généraux de la monarchie française. Une attaque terroriste fameuse a lieu contre le parlement indien en 2001, contre le parlement libyen en 2014, contre celui de Kaboul en 2017

3 - Les attaques simultanées de Londres sont un mode opératoire bien répertorié. Elles nous renvoient à celles de Paris. La différence est cependant que le maire musulman de Londres a été mis en cause pour ses propos tendant à banaliser l’attaque d’aujourd’hui. Peut-être considère t’il avec le dernier rapport du National Intelligence Council que le terrorisme n’est qu’ un paradoxe du progrès.

Michel Janva

Posté le 22 mars 2017 à 21h37 | Lien permanent

Déclaration sur l'immigration : le CSA surveille les journalistes

Le 10 novembre 2016, dans son JT, Jean-Pierre Pernaut fait une transition entre les sans abris et les centres pour immigrés :

« Voilà plus de places pour les sans-abris mais en même temps les centres pour migrants continuent à ouvrir partout en France ».


Le CSA estime que ce sont les propos du journaliste qui entraînent la discrimination, et non les faits :

"Après examen de la séquence, le Conseil a regretté la formulation choisie par le journaliste, estimant que celle-ci était de nature à sous-entendre que les migrants seraient privilégiés par les autorités publiques par rapport aux personnes sans domicile fixe. Il a donc considéré que ces propos pouvaient encourager un comportement discriminatoire. Le CSA a dès lors demandé aux responsables de TF1 de veiller, à l’avenir, à pleinement respecter les dispositions précitées de l’article 9 de sa convention."

Michel Janva

Posté le 22 mars 2017 à 21h31 | Lien permanent

Erdogan : " demain, aucun Européen, aucun occidental, ne pourra plus faire un pas en sécurité, avec sérénité, dans la rue"

Le chantage du meilleur ennemi de l'Europe aux racines chrétiennes est clair. Mais les pontes de l'UE se couchent et payent avec votre argent : 

"Le 22 mars, le président turc a fortement tancé l'Europe dans sa façon de traiter la Turquie, sur fond de crise aggravée entre Bruxelles et Ankara depuis l'expulsion de ministres turcs de meetings pro-Erdogan aux Pays-Bas et en Allemagne.

«Je m'adresse une nouvelle fois aux Européens [...] La Turquie n'est pas un pays qu'on peut bousculer, dont on peut jouer avec l'honneur, dont on peut expulser les ministres», a martelé Recep Tayyip Erdogan lors d'un discours à Ankara. Le président turc a ainsi menacé l'Union européenne, qui, selon lui, maintient une attitude hostile envers Ankara. 

«Le monde entier suit ce qu'il se passe de très près. Si vous continuez de vous comporter de cette manière, demain, aucun Européen, aucun occidental, ne pourra plus faire un pas en sécurité, avec sérénité, dans la rue, nulle part dans le monde», a-t-il ajouté.

«En tant que Turquie, nous appelons l'Europe à respecter les droits de l'homme et la démocratie», a lancé le chef de l'Etat turc. (...)

Le 16 mars, le ministre turc de l'Intérieur, Süleyman Soylu, avait déjà annoncé la couleur en déclarant  : «Je le dis à l'Europe, êtes-vous à la hauteur ? Si vous le souhaitez, nous pouvons ouvrir le passage aux 15 000 réfugiés que nous ne vous envoyons pas chaque mois et vous couper le souffle

En contrepartie de l'accord, l'Union européenne doit accélérer le versement du montant de 3 milliards d'euros destiné à la gestion des réfugiés en Turquie. L'UE doit également assurer le financement d'autres projets en faveur de personnes bénéficiant d'une protection temporaire en Turquie, pour 3 milliards d'euros supplémentaires jusqu'à fin 2018".

Lahire

Posté le 22 mars 2017 à 20h50 | Lien permanent | Commentaires (3)

La présidentielle 2017, la pire qui soit, une "supercherie intégrale"

AfExcellent article de l'Action française : 

"Les média de l’oligarchie ont déjà écrit le scénario – le meilleur à leurs yeux, le pire pour la France : le second tour de l’élection présidentielle opposera Emmanuel Macron à Marine Le Pen et ce sera évidemment le premier qui l’emportera haut la main. Ce faisant, ils donnent raison à la présidente du Front national qui n’a de cesse de répéter que la vie politique française est désormais scindée entre mondialistes et patriotes. Macron n’est en effet que la créature du trouple formé par les milieux d’affaires, les grands média qui sont leurs courroies de transmission auprès de l’opinion publique et cette partie du pays légal qui a définitivement bradé la France. Qu’importe qu’il soit le dauphin de François Hollande, le clone de Juppé avec trente ans de moins ou encore le dépeceur d’un Parti socialiste en voie de décomposition avancée. Toutes ces éventualités, plus complémentaires qu’exclusives, ne concernent que les écuries électorales. Ce qui intéresse les Français, c’est que ce mondialiste décomplexé n’est que le prête-nom d’une finance internationale qui a trouvé en lui son meilleur ennemi, au sens où François Hollande l’a été durant son quinquennat.

Tout n’est pas écrit d’avance

Le pire n’est évidemment jamais certain. Les Britanniques devaient voter en faveur du maintien du Royaume-Uni dans l’Union européenne et les Américains élire Hillary Clinton. Non seulement Juppé était le vainqueur proclamé de la primaire de la droite, mais il avait déjà remporté l’élection présidentielle. Quant à Valls, il était déjà le candidat officiel du Parti socialiste désigné par les primaires citoyennes. Il ne faisait qu’une bouchée de Macron et renvoyait Mélenchon aux marges de la gauche de la gauche. Tout cela, c’était avant. Avant que les Britanniques ne choisissent le Brexit, les Américains Donald Trump, les électeurs de la droite parlementaire François Fillon et les socialistes le mari de la responsable des affaires publiques du groupe de luxe LVMH. Avant, aussi, que Fillon, devenu le nouvel élu par anticipation de l’élection présidentielle, ne trébuche sur de minables affaires d’assistants parlementaires et de costards, révélées tout exprès à quelques semaines du premier tour. Avant, aussi, que des Français médusés par le spectacle particulièrement dégradant d’une campagne électorale située à la page “faits divers” des journaux n’envisagent de bouder le premier tour de l’élection présidentielle. Ainsi, le régime aura fini par dégoûter nos compatriotes même de l’élection-phare de la Ve République, à laquelle ils n’avaient pourtant, jusqu’à présent, jamais manqué de participer en masse, leur faisant habituellement délaisser, contrairement à la lettre des institutions dont ils se contrefichent, les législatives qui suivent de peu le scrutin présidentiel : il appartient en effet au gouvernement responsable devant le parlement de déterminer et de conduire la politique de la nation. Vestige de mentalité monarchique, qui leur fait considérer le souverain – ou son ersatz républicain – plus déterminant qu’un parlement aux mains des partis politiques…

Bruxelles dicte sa loi

Quoi qu’il en soit, la démocratie représentative est mal en point. Le rejet de la classe politique n’a jamais été aussi unanime… Et comme s’il n’était pas suffisant, celle-ci ne cesse d’aggraver sa fracture avec les Français en portant préjudice à la seule démocratie qui trouvait encore grâce aux yeux de nos concitoyens – et avec raison : la démocratie municipale. En adoptant en 2015 le dernier volet de la réforme territoriale (après la création des métropoles et la réforme régionale) qu’est la loi NOTRe, qui contraint progressivement, contre l’avis de la majorité des maires, les communes à se fondre dans de grands touts abstraits et sans personnalité, autre qu’administrative, nos élites éloignent toujours un peu plus les citoyens des centres de décision et les privent des moyens de décider ou de faire pression dans un domaine, la vie communale, où ils sont pourtant les plus compétents et les plus directement intéressés. Désormais, la France se divise administrativement en métropoles, intercommunalités, régions artificielles dont les contours ont été dessinés sans autre justification que de répondre au souhait bruxellois de démantèlement des nations. Si bien qu’alors même qu’on leur demande d’élire le courtier français de la Commission européenne, dont on leur désigne d’avance le nom, les Français se voient parallèlement dépossédés de leurs pouvoirs de décision dans les affaires qui les concernent au plus près de leur vie quotidienne par l’instauration d’une centralisation à plusieurs étages, qui les prive de leurs libertés politiques fondamentales. Jamais l’analyse de Maurras selon laquelle il est impossible à la République de décentraliser n’a été aussi pertinente. Mais ce n’est plus au profit d’un État incapable de régner autrement qu’en imposant un pouvoir sans partage : cette centralisation répond, pour l’oligarchie, à la nécessité, pour asseoir sa dictature, d’éloigner, par la création de structures aussi obèses qu’artificielles, les citoyens des lieux de décision : le maire n’a plus aucun pouvoir. C’est l’interco’ qui décide, derrière l’interco’ la région, derrière la région, Bruxelles, l’État français étant désormais aux abonnés absents. Jamais on n’a autant parlé de proximité comme d’une valeur démocratique fondamentale ; jamais on n’a autant privé le pays réel de tout pouvoir de décision.

Démocratie virtuelle

La fracture entre pays légal et pays réel est devenue béante. Vivant en vase clos, ne s’occupant que de ses intérêts particuliers, ne percevant même plus le sens de l’expression “bien commun”, le pays légal a intégré l’idée qu’il faut priver à tous les stades de la vie publique les citoyens de tout regard ou de tout pouvoir. La démocratie numérique, tant vantée par nos ténors, surtout à gauche ? Une démocratie virtuelle. La proie pour l’ombre. L’Europe a été fondée pour déposséder du pouvoir de décision les politiques au profit de prétendus experts. C’est désormais à tous les stades de la vie publique que ce schéma technocratique, ô combien pervers, est appliqué.

La démocratie est devenue une supercherie intégrale. Le citoyen-souverain est appelé à désigner directement le chef d’État, les députés, les différentes strates d’élus locaux. Aux deux extrêmes, la dépossession est totale : parce que depuis Maastricht les chefs de l’État ont bradé la souveraineté de la France ; parce que l’oligarchie a décidé de priver progressivement le maire de tout pouvoir. Quant aux députés, lorsqu’ils ne valident pas des décisions européennes, les lois qu’ils votent sont hypothéquées par le sacro-saint droit européen… Une élection présidentielle sera insuffisante à nous rendre notre liberté, même si les Français ont la bonne idée d’élire un chef d’État désireux de redonner au pays sa souveraineté – ce que nous souhaitons, évidemment. Car, même dans ce cas, il n’est pas certain qu’il trouve dans le régime la force de ses ambitions. Quant à François Hollande, il ne sort de son silence piteux de président discrédité que pour critiquer les « égoïsmes nationaux » et ânonner que le « nationalisme, c’est la guerre » – tarte à la crème de tous les fédéralistes européens. Pour, dans le même temps, rompre la solidarité européenne en se couchant devant Erdogan, qui a traité de nazis les dirigeants allemands et néerlandais, parce qu’ils ont refusé, à juste titre, l’organisation sur leur sol d’un meeting à la gloire du dictateur turc. Meeting qui a eu lieu sur le nôtre, en revanche, dimanche 12 mars. Jusqu’à la dernière minute, Hollande aura été indigne de sa fonction".

Lahire

Posté le 22 mars 2017 à 20h20 | Lien permanent | Commentaires (1)

Le président doit d'abord être un chef avant d'être un communicant

François Bert a regardé le débat des candidats à la présidentielle en décryptant leur personnalité, estimant que l'on ne doit pas voter d'abord pour le programme du candidat mais en fonction de sa personnalité. Il explique dans Valeurs Actuelles :

VALEURS4191_001"[...] 80 % de l’activité qui attend le postulant à la mandature suprême ne vient pas du programme mais des contextes non écrits. Aussi sûrement qu’on n’envoie pas à la guerre des vendeurs d’armes ou des docteurs en Histoire militaire mais bien des guerriers entraînés dont le métier est le danger, on doit impérativement choisir pour nous diriger un homme d’État capable de transformer les chamboulements futurs en décision et, derrière, en action coordonnée. Cela ne se lit pas dans les programmes mais dans les personnalités.

J’ai pu écrire dans mon ouvrage comment la Ve République, associée depuis le départ au règne médiatique, avait favorisé l’avènement d’experts et de vendeurs à la Présidence au détriment des chefs. Voyons quelle personnalité s’exprime dans les candidats qui s’offrent à nos suffrages.

Prêtre, prophète ou roi ?

Je distingue deux dimensions-clés dans la compréhension des personnalités : ce que j’appelle le moteur (ou intelligence fondamentale) et l’énergie (ou position dans l’action). Il y a trois moteurs que l’image biblique nous résume bien : les « prêtres » (intelligence dominante de la relation), les « prophètes » (intelligence dominante des idées) et les « rois » (intelligence dominante de la décision). Il y a aussi deux énergies : l’impulsion (vision à l’initiative et auto-générée) et la réaction (vision construite au contact et en complément de celle d’un chef ou d’un groupe).

Une gauche en incubation de l’impossible

La gauche nous offre cette année trois « prophètes » : avec des différences notables ils ont tous trois le goût prioritaire des idées sur celui de l’action et fonctionnent tous en réaction/animation du groupe qui les entoure.

Emmanuel Macron est le prototype de l’animateur de brainstorming qui cherche à produire des propositions fourre-tout capables de faire signer n’importe quel acheteur. C’est un consultant de palais, un entrepreneur par ennui qui vit l’aventure en changeant seulement de décor et de bande sonore : il est la démonstration de ce qu’un programme peut, à partir du moment où il est bien récité, rassembler des propositions opposées sans jamais être inquiété.

Benoît Hamon  verse quant à lui dans une créativité débridée dont seule la gauche a le secret : son vocabulaire est opaque, ses propositions irréalisables, sa bonne volonté traduite par une surenchère de novlangue ou de lyrisme exacerbé. C’est Assurancetourix, le barde d’Astérix : sa musique est originale mais le bon sens a du mal à l’écouter.

Derrière la posture goguenarde, la révolte du cœur et le verbe fécond, Jean-Luc Mélenchon est d’abord un passionné d’idées. C’est un conseiller, pas un chef. Il y a de la culture, de l’audace et de l’originalité dans ses points de vue et ses saillies. La quête néanmoins reste celle, nostalgique et verrouillée, d’une gauche française communiste qui n’a jamais fait le deuil de ses leurres. Dès que le tribun descend de sa tribune, il ne sait plus où aller.

Une droite entre exécution prospère et tempête affective

A droite, François Fillon fait, de prime apparence, figure d’exception : c’est un « roi », davantage soucieux d’action que de débats d’opinion. Son calme froid dans les primaires, son obstination payante au Trocadéro en a fait une meilleure démonstration que toute forme de discours. Mais il y a un hic : François Fillon est un chef en second, plus à l’aise dans la conduite des opérations que dans l’élaboration intime et continue une vision. Il serait plus judicieux de dire qu’il est par nature davantage ministre d’État que roi. S’il a su construire en collaboration une vision aboutie, il est vite mal à l’aise quand il s’agit la faire évoluer au gré des circonstances et en opposition aux luttes d’influence.

Marine Le Pen représente pour sa part la figure relationnelle que nous avions davantage vue aux précédentes élections. C’est un « prêtre » qui se veut porte-parole de la masse des français oubliés. En cette posture d’avocate, elle trouve la force et le timbre de voix qui lui correspondent. Plus difficile est la construction autour d’elle d’une équipe durable et complémentaire, tant l’allégeance affective est prioritaire dans ses choix. L’enjeu est enfin et surtout sa capacité de discernement dans la gestion des événements futurs : la fulgurance de la réplique n’est pas l’équilibre de la décision qui doit inclure, bien mieux que la radicalité du principe, la possibilité de l’action.

Au-delà des notables différences de nos cinq candidats principaux, il est patent de constater qu’aucun ne possède une énergie d’impulsion. Tous dépendent de l’activité de l’équipe rapprochée pour générer une vision. En ce sens ceux qui vont devoir les accompagner aux commandes ont plus que jamais un rôle déterminant. Et parce que c’est de réalisations qu’il s’agit et non de discours, il faut que ce soit des chefs plutôt que des communicants."

Michel Janva

Posté le 22 mars 2017 à 19h55 | Lien permanent

Le tombeau du Christ enfin restauré

Unknown-18La restauration du tombeau du Christ, dans l'église du Saint-Sépulcre à Jérusalem, est enfin terminée après des travaux depuis le mois de mai dernier. Le site a été inauguré officiellement mercredi 22 mars lors d'une cérémonie en présence de responsables politiques et religieux.

Des spécialistes grecs ont reconstruit l'édicule de marbre qui était soutenu depuis des dizaines d'années par une structure métallique à la suite d'un tremblement de terre. L'édicule dressé sous la coupole de l'église sur le site de la grotte où fut déposé le corps du Christ après sa mort, devait être démonté et reconstruit à l'identique, avait indiqué la Custodie. La restauration a permis de mettre à jour des détails originaux de ce petit édifice. Elle a aussi offert l'opportunité à des scientifiques d'ouvrir le tombeau pour la première fois depuis au moins deux siècles. La plaque de marbre recouvrant la tombe a été déplacée durant trois jours. Les chercheurs ont découvert le lit funéraire sur lequel le corps de Jésus aurait été déposé trois jours durant. Cette dalle en marbre était protégée d'une seconde plaque totalement inconnue des experts. Depuis le XVIe siècle, elle servait à empêcher le vol par les pèlerins de morceaux de tombe, utilisés comme reliques. Cette dalle en marbre est gravée d'une croix qui daterait des croisades du XIIe siècle.

Ce travail a été en partie financé par le Vatican, de très nombreux donateurs comme le roi Abdallah de Jordanie ou encore l’Autorité palestinienne. Ces travaux ont pu surtout avoir lieu sous l’impulsion des trois Églises qui administrent le site : l’Église catholique, l’Église grecque-orthodoxe et l’Église arménienne.

Diapo-restauration-tombeau-christ-jerusalem-3_5847865

Michel Janva

Posté le 22 mars 2017 à 19h46 | Lien permanent

Grossière manipulation de LCI sur les chiffres d'affluence à la manifestation de Mélenchon

Alors que LCI concédait à peine "maximum 50.000 personnes" au rassemblement du Trocadéro, les voici, sur base du même outil, à juger que les 130.000 personnes revendiquées par Mélenchon sont crédibles ("en débordant, ça passe") sur la place de la République.

Le hic ? D'après l'outil Mapcheck utilisé par LCI, Trocadéro et République ont à peu près la même surface2,6 hectares pour Trocadéro, contre 2,8 pour République, statue de Marianne et bouche de métro inclues.

Comment dés lors justifier 130.000 sur celle-ci tout en n'en concédant pas plus de 50.000 sur celle-là ? 

Voici la simulation réalisée par LCI :

Image-3

Et voici les chiffres réels, sur une surface identique :

Image-4

LCI a gonflé sa simulation en augmentant artificiellement la surface de République de plus de 70% (les surfaces de la simulation se recoupent et sont comptées plusieurs fois).

Reste à voir si la manipulation est délibérée ou due à l'incompétence d'un journaliste trop heureux de son résultat pour le remettre en question.

Michel Janva

Posté le 22 mars 2017 à 19h28 | Lien permanent

Délit d’entrave numérique par le Conseil Constitutionnel: une validation ambigüe et timorée

Selon Jean-Frédéric Poisson :

"Je regrette la décision aussi floue que timorée du Conseil constitutionnel validant la proposition de loi sur le délit d’entrave numérique. Ce texte aurait du être censuré car il ouvre la voie à des dérives dangereuses en matière de restriction de la liberté d’expression. La rédaction de cette décision témoigne d’ailleurs du fait que les Sages sont conscients des risques induits par ce texte.

Comment expliquer autrement les contorsions auxquelles il se livre par ses deux réserves d’interprétations qui contredisent absolument l’esprit du texte proposé par la majorité socialise?

En effet, le Conseil constitutionnel tient à préciser que les dispositions de la nouvelle loi sont conformes à la Constitution, sauf à les interpréter comme condamnant les sites qui se limitent à diffuser des informations sur l’IVG différentes de celles validées par le ministère. Or, il s’agit précisément de l’intention du texte voté par la majorité.

Par ailleurs, le Conseil constitutionnel fait semblant de croire qu’il existe une différence objective entre information et opinion. Ce jeu sémantique est complètement virtuel.

Toutes ces raisons laissent à penser que, tout en vidant ce texte des intentions de la majorité socialiste, le Conseil constitutionnel n’a pas eu le courage de le censurer, tant le sujet est délicat et symbolique.

Enfin, je me réjouis de l’engagement pris par François Fillon de supprimer cette loi. Je tiens simplement à souligner que, plus il se laissera lier les mains par des alliances incompatibles avec son programme, plus il lui sera difficile, une fois arrivé aux affaires, de compter sur sa majorité pour le soutenir dans de tels combats qui demandent courage et conviction. C’est pourquoi le PCD fait campagne partout en France pour assurer à la droite une majorité capable d’assumer son programme."

Michel Janva

Posté le 22 mars 2017 à 19h13 | Lien permanent

Des lycéens français blessés par l'attaque terroriste à Londres

58d2a476d3f85d835c000021Une attaque à caractère «terroriste» a frappé cet après-midi le centre de Londres, près du Parlement britannique.

Un homme armé d'un couteau a agressé un policier dans l'enceinte du Parlement britannique. Il a alors été tué par un policier armé. Un véhicule 4x4 a fauché plusieurs piétons sur le pont de Westminster, juste à côté. Les députés se sont réfugiés dans l'abbaye de Westminster.

Au moins dix personnes ont été blessées par un véhicule sur le pont de Westminster, tandis qu'un policier a été poignardé à mort dans l'enceinte du Parlement.

3 élèves du lycée Saint-Joseph de Concarneau qui se trouvaient en voyage scolaire figurent parmi les blessés.

Quatre personnes sont décédées affirme Scotland Yard.

Un policier a été poignardé à mort à l’intérieur du parlement.

L'identité du jihadiste n'a pas été révélé, mais il ne s'agit pas d'Abu Izzadeen, qui serait toujours en prison.

Michel Janva

Posté le 22 mars 2017 à 19h10 | Lien permanent

Liberté Politique note les candidats : Marine Le Pen en tête

B740678c-49d7-4eb1-84c4-f995266495e0

C261297e-20e8-4355-841d-bc90d5c4fad5

Michel Janva

Posté le 22 mars 2017 à 19h01 | Lien permanent

29 mars : conférence de Guillaume Bernard à Marcq en Baroeuil

Afc_conférence29mars_Debord

Michel Janva

Posté le 22 mars 2017 à 15h36 | Lien permanent

30 mars : Mission Angélus à Fontenay-aux-Roses, pour l'évangélisation des musulmans

Après le succès des deux premières rencontres, la troisième soirée (sur quatre) animée par Mission Angélus, pour l'évangélisation des musulmans aura lieu jeudi 30/03 à 20h30.

Seront traités les thèmes du Salut et de la notion de violence : 

Lieu: Crypte de la Chapelle Sainte Rita 7 rue Gentil-Bernard - 92260 FONTENAY-AUX-ROSES (face au RER B de Fontenay aux Roses)

Michel Janva

Posté le 22 mars 2017 à 15h14 | Lien permanent

Il y a un trésor caché dans les prières que nous enseignent nos anciens

Extrait du message du Pape pour les JMJ 2017 (la prochaine rencontre mondiale aura lieu au Panama en 2019) :

"[...] On dit de Marie qu’elle gardait toutes les choses en les méditant dans son cœur (cf. Lc 2, 19.51). Cette humble jeune fille de Nazareth nous enseigne par son exemple à conserver la mémoire des événements de la vie, mais aussi à les assembler, en reconstruisant l’unité des fragments, qui ensemble peuvent composer une mosaïque. Comment pouvons-nous nous exercer concrètement en ce sens ? Je vous fais quelques suggestions.

À la fin de chaque journée, nous pouvons nous arrêter pendant quelques minutes pour nous rappeler les beaux moments, les défis, ce qui a bien marché et ce qui est allé de travers. Ainsi, devant Dieu et nous-mêmes, nous pouvons manifester les sentiments de gratitude, de repentir et de confiance, si vous le voulez, en les écrivant dans un carnet, une espèce de journal spirituel. Cela signifie prier dans la vie, avec la vie et sur la vie, et sûrement cela vous aidera à percevoir mieux les merveilles que le Seigneur fait pour chacun d’entre vous. Comme disait saint Augustin, nous pouvons trouver Dieu dans les vastes champs de notre mémoire (cf. Les confessions, Livre X, 8, 12).

En lisant le Magnificat, nous voyons combien Marie connaissait la Parole de Dieu. Chaque verset de ce cantique a son parallèle dans l’Ancien Testament. La jeune mère de Jésus connaissait bien les prières de son peuple. Sûrement, ses parents, ses grands-parents les lui ont enseignées. Combien la transmission de la foi d’une génération à l’autre est importante ! Il y a un trésor caché dans les prières que nous enseignent nos anciens, dans cette spiritualité vécue dans la culture des humbles que nous appelons piété populaire. Marie recueille le patrimoine de foi de son peuple et le recompose dans un chant complètement sien, mais qui est en même temps un chant de l’Église entière. Et toute l’Église le chante avec elle. Pour que, vous aussi jeunes, vous puissiez chanter un Magnificat complètement vôtre et faire de votre vie un don à l’humanité entière, il est fondamental de vous relier à la tradition historique et à la prière de ceux qui vous ont précédés. D’où l’importance de bien connaître la Bible, la Parole de Dieu, de la lire chaque jour en la confrontant avec votre vie, en lisant les événements quotidiens à la lumière de ce que le Seigneur vous dit dans les Saintes Écritures. Dans la prière et dans la lecture priante de la Bible (ce qu’on appelle la lectio divina), Jésus réchauffera vos cœurs, éclairera vos pas, également dans les moments sombres de votre existence (cf. Lc 24, 13-35).

Marie nous enseigne aussi à vivre dans une attitude eucharistique, c’est-à-dire à rendre grâce, à cultiver la louange, à ne pas nous fixer uniquement sur les problèmes et sur les difficultés. Dans la dynamique de la vie, les supplications d’aujourd’hui deviendront des motifs d’action de grâce de demain. Ainsi, votre participation à la Sainte Messe et les moments où vous célébrez le sacrement de la Réconciliation seront en même temps sommet et point de départ : vos vies se renouvèleront chaque jour dans le pardon, en devenant une louange permanente au Tout-Puissant : « Fiez-vous au souvenir de Dieu : […] sa mémoire est un cœur tendre de compassion, qui se plaît à effacer définitivement toutes nos traces de mal. » (Homélie lors de la Sainte Messe des Journées Mondiales de la Jeunesse, Cracovie, 31 juillet 2016). [...]

Certes, vous avez peu d’années sur vos épaules et pour cela il peut vous sembler difficile d’accorder la valeur due à la tradition. Ayez bien présent à l’esprit que cela ne veut pas dire être traditionaliste. Non ! Quand Marie, dans l’Évangile, dit « le Puissant fit pour moi des merveilles », elle entend que ces ‘‘merveilles’’ ne sont pas finies, mais continuent à se réaliser dans le présent. Il ne s’agit pas d’un passé lointain. Savoir faire mémoire du passé ne signifie pas être nostalgique ou rester attaché à une période déterminée de l’histoire, mais savoir reconnaître ses propres origines, pour retourner toujours à l’essentiel et se lancer avec une fidélité créatrice dans la construction des temps nouveaux. Ce serait un malheur et cela ne servirait à personne de cultiver une mémoire paralysante, qui fait faire toujours les mêmes choses de la même manière. C’est un don du ciel de pouvoir voir que beaucoup d’entre vous, avec vos interrogations, rêves et questions, s’opposent à ceux qui disent que les choses ne peuvent pas être différentes.

Une société qui ne valorise que le présent tend aussi à dévaluer tout ce qui est hérité du passé, comme par exemple les institutions du mariage, de la vie consacrée, de la mission sacerdotale. Celles-ci finissent par être vues comme dénuées de sens, comme des modèles dépassés. On pense vivre mieux dans des situations dites ‘‘ouvertes’’, en se comportant dans la vie comme dans un reality show, sans objectif et sans but. Ne vous laissez pas tromper ! Dieu est venu élargir les horizons de notre vie, dans toutes les directions. Il nous aide à accorder la valeur due au passé, pour mieux projeter un avenir de bonheur : mais cela n’est possible que si l’on vit d’authentiques expériences d’amour, qui se concrétisent dans la découverte de l’appel du Seigneur et dans l’adhésion à cet appel. Et c’est l’unique chose qui nous rend vraiment heureux. [...]"

Michel Janva

Posté le 22 mars 2017 à 13h54 | Lien permanent

La marine nationale cherche des officiers supérieurs pour honorer des conférences sur le gender, dans le cadre de l'OTAN

Image1.PNG

Michel Janva

Posté le 22 mars 2017 à 11h24 | Lien permanent

Nikola Mirkovic viendra parler au colloque international « l’Occident contre l’Europe »

MNikola Mirkovic est Président de l'association Ouest-Est pour rapprocher l'ouest et l'est européens. Il est l’auteur du livre "Martyre du Kosovo" (traduit en français et en espagnol) et co-fondateur et administrateur de l'association Solidarité – Kosovo. Il interviendra au colloque sur le thème « Les racines de l'UE sont-elles vraiment européennes? » et nous explique sa précense parmi nous :

"Je suis très heureux de participer à ce colloque pour parler des racines réelles de l'Union Européenne car nous sommes en droit de nous demander, 60 ans après le traité de Rome, si l'UE est réellement un authentique projet européen au service des peuples d'Europe. En effet en guise d'Union européenne nous avons en réalité aujourd'hui un magma ultra-libéral qui a honte de ses racines chrétiennes, qui a confisqué une partie de la souveraineté des peuples, qui délègue sa défense à l'OTAN et qui semble plus obsédé par les politiques d'austérité et la taille réglementaire des concombres que la défense réelle des intérêts des peuples européens. Cette évolution est-elle une mutation hybride d'une belle idée devenue folle, ou bien au contraire l'aboutissement d'un concept parfaitement ourdi qui porte en ses gènes un projet bien éloigné des discours enjôleurs de ses pères fondateurs ? Analyser les origines de l'UE nous aidera à mieux identifier les solutions à apporter aux problèmes d'un continent à la dérive."

Inscription au colloque

Michel Janva

Posté le 22 mars 2017 à 10h05 | Lien permanent

26 mars : Marche pour la vie à Bruxelles

25 mars à 20 heures à la Veillée pour la Vie à l'église Sainte-Catherine (Place Sainte-Catherine, métro Sainte-Catherine) à Bruxelles

15h dimanche 26 mars au Mont des Arts, marche pour la Vie !

Michel Janva

Posté le 22 mars 2017 à 09h55 | Lien permanent

Patriarche Aphrem II : « La guerre en Syrie n’est pas une guerre civile »

Ignace Aphrem II Karim, primat de l’Église syriaque orthodoxe et Patriarche d’Antioche et de tout l’Orient était l’un des prestigieux invités d’une conférence sur l’avenir des chrétiens au Moyen-Orient, qui s’est tenue à Munich du 17 au 19 février dernier, à l’invitation de la Fondation Hanns-Seidel. Voici la traduction d’un passage par Christianophobie Hebdo :

"Shlomo veut dire paix en araméen : c’est ainsi que nous nous saluons, mais c’est ce qui nous manque aujourd’hui. Merci à la Fondaion Hanns-Seidel de nous fournir l’occasion de faire entendre notre voix : on a ignoré un certain temps les chrétiens d’Orient et nous accueillons avec plaisir toutes les occasions qui nous sont données de nous faire entendre. Nous sommes ici parce que la paix doit toujours être recherchée et atteinte. Le conflit syrien doit être réglé pacifiquement. La violence n’apporte que d’autres violences, comme l’a dit le pape François. La guerre en Syrie n’est pas une guerre civile. Ce dont nous souffrons, en Syrie comme en Irak, ne saurait être appelé une guerre civile. C’est toutefois un [conflit] qui est dû au fanatisme religieux et à l’extrémisme. Il balaye toute la région et s’étend hors des limites du Moyen-Orient, jusqu’à l’Europe et au monde entier.

Voici environ cent ans, nous avons souffert d’un horrible génocide au Moyen-Orient, mais il ne s’est pas arrêté en 1915 ou en 1918 : il se poursuit de nos jours. Il n’y a pas que les chrétiens qui meurent, mais ce qui se passe n’est pas loin d’un génocide. Des populations sont déracinées, contraintes de quitter leurs foyers, des églises sont détruites, des membres du clergé tués et des évêques enlevés. Les deux archevêques orthodoxes d’Alep ont été enlevés le 22 avril 2013 par l’EIIL [État Islamique en Irak et au Levant]. On ne sait pratiquement rien sur eux depuis. Ce qui se passe au Moyen-Orient, ce ne sont pas des cas [de violence] contre des individus, mais un effort organisé pour effacer le christianisme du Moyen-Orient. Cela arrivera, si nous ne résistons pas et si nous n’exigeons pas qu’on y mette un terme. Les statistiques sont très alarmantes en Syrie et en Irak, mais aussi en Turquie et en Terre Sainte. Les chrétiens quittent cette région à un taux alarmant. Nous voulons que vous arrêtiez cela.

Nous apprécions la générosité de l’Allemagne dans l’aide aux réfugiés, mais nous voulons que vous nous aidiez à ce que les chrétiens restent au Moyen-Orient. Nous y vivons depuis deux mille ans comme chrétiens, et pendant des millénaires auparavant comme le peuple autochtone de cette région. Nous n’y sommes pas des hôtes, nous avons reçu beaucoup de gens dans notre patrie (la Mésopotamie, la Syrie) et nous avons vécu avec eux, nous avons interagi pacifiquement avec eux et nous avons appris comment nous faire accepter par eux. Aujourd’hui, des idéologies extrémistes comme le wahhabisme ou les Frères Musulmans ont rendu très difficiles les conditions d’existence des chrétiens, elles ont détruit la coexistence pacifique entre les différents groupes religieux au Moyen-Orient et en Syrie – cela est allé de pair avec des tentatives internationales d’imposer un “changement de régime” en Syrie. Nous sommes effrayés à l’idée que des régimes séculiers pourraient être renversés par le wahhabisme ou les Frères Musulmans."

Michel Janva

Posté le 22 mars 2017 à 08h35 | Lien permanent

Nos ancêtres les Arabes. Ou nos descendants ?

Vu dans la devanture d'une librairie à Paris :

IMG_20170321_185446

IMG_20170321_185443

Michel Janva

Posté le 22 mars 2017 à 08h24 | Lien permanent

Trentain à la divine miséricorde pour la France du 24 mars au 23 avril

Capture d’écran 2017-03-21 à 21.19.36 Capture d’écran 2017-03-21 à 21.20.45

Michel Janva

Posté le 22 mars 2017 à 08h15 | Lien permanent

1er avril : portes ouvertes de l'école St Michel Archange à Plelo (22)

Deouz-PO_2017_1

Michel Janva

Posté le 22 mars 2017 à 08h07 | Lien permanent

21 mars 2017

22 mars à Toulouse : Témoignage de deux pèlerins sur les Routes d'Europe

Couverture 600Mercredi 22 mars à 20h15, conférence à la chapelle St Jean-Baptiste, 7 rue Antonin Mercier à Toulouse.

Robert et Claudia Mestelan - La Route des Anges

Témoignage de deux pèlerins sur les Routes d'Europe et présentation de la réhabilitation de la chapelle St Hilaire de Beaumes de Venise.

Michel Janva

Posté le 21 mars 2017 à 22h56 | Lien permanent

42 tombes profanées, mais ouf, pas de "connotation religieuse"

Dans le village de Saint-Cyr, en Saône-et-Loire, 42 tombes ont été profanées le week-end dernier. Le procureur de la République de Chalon-sur-Saône prend soin de préciser :

“Il n’y a aucune connotation religieuse. Il s’agit plutôt de vandalisme”.

Michel Janva

Posté le 21 mars 2017 à 21h49 | Lien permanent

L’intox de Benoît Hamon sur le solde migratoire

Libé désintox :

1005278-solde"Voilà un sujet sur lequel on entend et lit beaucoup de choses fausses. Et Hamon ajoute l’intox à la confusion générale. Ce qui est vrai, c’est que le solde migratoire global de la France est de +67 000. On retrouve cette statistique dans le tout frais bilan démographique 2016 de l’Insee en janvier (en bas à droite de ce tableau).

Mais cette donnée ne nous informe en rien de l’apport de l’immigration. En effet, ce solde migratoire concerne la totalité des entrées et sorties du territoire, et pas seulement celles des immigrés. En clair, il agrège les mouvements des immigrés et ceux des personnes nées en France (ainsi que les entrées et sorties de personnes nées françaises à l’étranger, mais qui sont plus marginales).

Or les statistiques de l’INSEE, basées sur les enquêtes annuelles de recensement, montrent que le solde migratoire des personnes nées en France est négatif, alors que le solde migratoire des immigrés est, lui, nettement positif. Pour 2013, dernière année pour laquelle l’étude donne des chiffres, le solde des nés en France est de -120 000 (197 000 ont quitté le territoire pour 77 000 qui sont revenus). A l’inverse, le solde migratoire des immigrés est de +140 000 (235 000 arrivées pour 95 000 départs).

Bref, concernant le solde migratoire des immigrés, les chiffres sont donc peu ou prou l’inverse de ce que dit Benoît Hamon."

Michel Janva

Posté le 21 mars 2017 à 21h44 | Lien permanent

Les grossières désinformations du site européiste Euractiv

Dénoncées par Yves Daoudal :

Capture d’écran 2017-03-21 à 19.48.19

Voici ce qu’on peut lire sur Euractiv. Il s’agit du classement des « pays les plus heureux du monde » réalisé par l’ONU.

Or le premier pays dans ce classement est la Norvège, le troisième est l’Islande, le quatrième est la Suisse… Je n’avais pas l’intention d’évoquer ce palmarès, parce que les critères sont forcément liés au politiquement correct si ce n’est avec la culture de mort. Mais le vrai titre n’est pas « Quatre des dix pays les plus heureux sont européens », c’est : « Trois des quatre pays les plus heureux sont des pays européens qui n’appartiennent pas à l’Union européenne. » Et le Danemark n’y appartient que de façon nominale puisqu’il ne participe à aucune des politiques communes du traité de Maastricht.

On pousse donc l’imposture jusqu’à exclure la Norvège, la Suisse et l’Islande de l’Europe. Il est urgent de lancer un avis de recherche. Sur quel continent et sous quelle culture ces pays-là sont-ils donc allés ? (Quant à la France, elle est en… 31e position…)

Si vous voulez une autre nouvelle d’Euractiv, site européiste qui se présente comme très sérieux, en voici une autre qui n’est pas piquée des vers : le Frexit aboutirait illico à un arrêt cardiaque de la finance mondiale. Oui, mondiale… Quand on promet l’apocalypse, on ne fait pas dans la dentelle.

Capture d’écran 2017-03-21 à 19.48.26

Michel Janva

Posté le 21 mars 2017 à 19h50 | Lien permanent

La Fraternité Saint-Pie X et le Vatican sont à deux doigts d’un accord

Selon Marco Tossatti, généralement fiable:

"Des sources fiables indiquent que la Fraternité Saint-Pie X et le Vatican sont à deux doigts d’un accord. En fait, on attend juste que Mgr Fellay fasse quelques retouches internes, pour franchir la grande étape : le retour total et officiel, en tant que prélature personnelle, des lefebvristes dans l’Eglise de Rome. De cette façon, le pape François serait en mesure d’achever un processus qui a commencé sous le pontificat de Benoît XVI, et qui a échoué pour des questions théologiques, mais qui sont maintenant dépassées par la volonté du pape de ne pas demander à ce que soient clarifiés et éclaircis. En outre Mgr Lefebvre a écrit que si le Concile Vatican II est interprété dans l’herméneutique de la continuité, il n’y aurait pas de problème pour la pleine Communion avec Rome. Et il n’y a pas de problème parce que dans l’Eglise, comme déjà dit Benoît XVI, le Concile est lu de cette façon. […] Et même ceux-ci, mais avec toute la prudence nécessaire, il est entendu que le climat peut être mûr pour une annonce importante. En outre, le pape a une certaine sympathie pour les lefebvristes (et moins pour les traditionalistes dans sa propre maison), dont il a hérité, apparemment, d’une bonne impression que lui a fait la Fraternité quand il était archevêque de Buenos Aires."

Michel Janva

Posté le 21 mars 2017 à 19h36 | Lien permanent

L’Université "catholique" de Louvain favorable à l'avortement

L’Université catholique de Louvain (UCL) s’est distanciée du plaidoyer pro-vie adopté par l’un de ses chargés de cours invité. Dans un texte d’une quinzaine de pages, cet enseignant, Stéphane Mercier, également chargé de cours en philosophie au séminaire de Namur depuis 2015, qualifie notamment l’avortement de «  meurtre  », «  plus grave que le viol  ».

« La vérité est que l’avortement est le meurtre d’une personne innocente. Et c’est même un meurtre particulièrement abject, parce que l’innocent en question est sans défense. »

L’Université catholique de Louvain a déclaré :

"Les autorités de l’UCL viennent de prendre connaissance d’un écrit de M. Mercier, chargé de cours invité à l’Institut de philosophie, à propos de l’avortement. Elles ont immédiatement convoqué la personne concernée afin de l’entendre et d’instruire le dossier. La personne sera entendue afin d’éclaircir le statut de cet écrit et l’usage éventuel qui en est fait dans le cadre de son enseignement.

Quelle que soit l’issue de l’instruction, le droit à l’avortement est inscrit dans le droit belge et la note dont l’UCL a connaissance est en contradiction avec les valeurs portées par l’université. Le fait de véhiculer des positions contraires à ces valeurs dans le cadre d’un enseignement est inacceptable."

Michel Janva

Posté le 21 mars 2017 à 19h28 | Lien permanent

Le couvre-feu pour les mineurs justifié par l’augmentation de la délinquance

C'est ce qu'a jugé la cour administrative d’appel de Marseille, validant l’arrêté pris en 2014 par Robert Ménard sur le couvre-feu des mineurs:

« La cour estime […] que ces mesures sont légalement justifiées par l’augmentation de la délinquance au cours des années 2011, 2012, 2013 et 2014 dans les zones concernées, où des mineurs sont notamment mis en cause, et dont l’arrêté doit renforcer la protection ».

Michel Janva

Posté le 21 mars 2017 à 19h20 | Lien permanent


accueil | archives | index | Qui sommes-nous ? | Nous contacter | © Copyright 2014 - Le Salon Beige